samedi 19 avril 2008

dimanche 13 avril 2008

Les avions de Hewa Bora Airways interdits de vols vers UE

2 Compagnies de plus sur la liste noire

Bruxelles a ajouté deux noms à sa liste noire des avions interdits de vols vers l'Union européenne --Hewa Bora Airways (République démocratique du Congo) et Ukraine Cargo Airways (Ukraine)-- sans lever aucune des restrictions existantes, a indiqué une source européenne.
Toutes les compagnies congolaises sont ainsi désormais sur la liste noire, remise à jour tous les trois mois et qui sera dévoilée officiellement vendredi.

Source: AFP

samedi 12 avril 2008

Une petite fille à deux visages est née en Inde.


Tala yo moko, bébé oyo aza na elongi mibale. Soki elongi moko eza koseke mosusu mpe eseki. Aza kolia na monoko bibale. Moyen bakaboya yango eza te. Oyo eza bikamuisi ya Nkolo.

GLORIFIONS LE SEIGNEUR POUR SA GLOIRE ET SA MAGNIFISCENCE : IL NOUS A CREES SANS MALFORMATION…..

Une petite fille à deux visages (4 yeux, 2 bouches et 2 nez) est née en Inde.

dimanche 6 avril 2008

Ils ont constaté qu’au moins 80% des Congolais prennent moins de deux repas par jour

Mia, fembule, midamo, nzala elekiooo, toza kolia malamo teooo! Tosala boniee!

80 % de Congolais ne mangent pas à leur faim
(Jean- Pierre Nkutu)

Southern African Media Training Trust (NJ), le réseau des journalistes de l’Afrique Australe, a organisé, du 10 au 21 mars, un séminaire au centre Bondeko sur la couverture médiatique du monde rural et de la pauvreté à l’intention des communicateurs congolais. Les séminaristes se sont imprégnés de la complexité du concept pauvreté et des réalités du monde rural.
Passant de la théorie à la pratique, la vingtaine des journalistes en provenance de quatre coins du pays a séjourné pendant 48 heures à Mbankana.

Un à deux repas par jour
Les co animateurs du séminaire, le Ghanéen Ransford Antwi et notre compatriote Phuna Mabika et des communicateurs congolais ont défini la pauvreté comme la condition d’une personne dépourvue des ressources financières ou manquant le minimum vital. Ils ont constaté qu’au moins 80% des Congolais prennent moins de trois repas par jour.
Le Congolais vit avec moins d’un dollar par jour. Par ailleurs, la desserte en eau potable est de 22 %. Et pourtant, la Rdc possède 45 % des réserves hydrauliques mondiales. 70% de la population vit en milieu rural.
La précarité des habitations, la mauvaise gouvernance, l’analphabétisme, la corruption, les coutumes rétrogrades, l’impunité sont les causes principales de la pauvreté dans notre pays. La pauvreté, qui n’est pas une fatalité, peut être éradiquée.

L’application du Dscrp, l’abandon des anti-valeurs et autres coutumes rétrogrades, le rétablissement effectif de l’autorité de l’Etat, la lecture impartiale du droit, la gratuité de l’enseignement figurent parmi les mesures préconisés pour sortir de cet état. Les hommes et femmes des médias ont été exhortés à vulgariser les Objectifs du millénaire pour le développement « Omd » et pourquoi pas interpeller les décideurs politiques sur leurs responsabilités.

Mbankana à l’ère de la pierre taillée

L’un des temps forts de ce séminaire a été le déplacement vers la cité de Mbankana, située à 150 km de la capitale. Au terme de leur séjour, les journalistes ont réalisé un documentaire, une publication et un magazine sur cette contrée.
On a pu apprendre que les « Mbankanais vivent encore à l’âge de la pierre taillée. Ils manquent d’eau potable, les habitations sont en pisé, l’agriculture est manuelle, l’environnement malsain. La charrette constitue le principal moyen de transport. La divagation des troupeaux est un phénomène courant. Très peu des filles étudient, les écoles sont dépourvues des bancs et les enseignants sont démotivés.
Interviewées par les « enquêteurs » de Nsj, les Mbankanaises ont fait savoir qu’elles se réveillent chaque jour vers 5 heures du matin pour s’adonner aux travaux champêtres, à la préparation des chikwangues. Elles rentrent dans leur logis à la tombée de la nuit. Les corvées pour la survie de la famille terminées, elles doivent répondre aux exigences conjugales.
Aux difficultés de logement, de transport et de santé, s’ajoutent les problèmes de routes. Désabusés, les Mbankanais regrettent d’avoir fait confiance aux élus du peuple qui s’étaient rendus dans ce coin pendant la campagne électorale. « Ils nous ont promis monts et merveilles. Une fois leurs desseins réalisés, ils se sont désintéressés de nous », se plaignent-ils.

2008-03-24

Un mot d’ordre doit avoir été donné pour la mise à mort

Tosengi na vieux akende kopeme alingi te. Bato ne balobi bango mpe balia naino. Santé ya vieux eza malamo te, akomi kolalalala pamba na bureau, akomi kobosana makambo pambapamba. Asignaka ba dokuments sans kotang'ango, mawa na biso...
Epayi boye président incompetant atanga te ... mawa na sonieeee!

Palu – PPRD : avis de divorce
(Kenge Mukengeshayi)

L’interpellation annoncée du Premier Ministre ne peut se concrétiser sans l’appui des ténors de l’AMP, explique-t-on au Parti Lumumbiste Unifié.

«C’est une déclaration de guerre et rien d’autre ». Au Parti Lumumbiste Unifié, on ne décolère pas. On dit surtout savoir à quoi s’en tenir depuis que, plusieurs mois déjà, d’insinuations en ironies, l’entreprise de fragilisation et de démolition du Premier Ministre avait commencé. « Le Patriarche a préféré garder son calme et nous avons tous adopté un profil bas pour donner une chance à la majorité et à notre pays », tonne un militant du Palu qui en a vu d’autres.
Pour lui comme pour tant d’autres de ses camarades, la tonalité des discours de la rentrée parlementaire, aussi bien à l’Assemblée Nationale et qu’au Sénat, était un « signal ». Il n’en démord pas : « Un mot d’ordre doit avoir été donné pour la mise à mort. Mais autant ils nous avaient approchés au grand jour, autant nous aurions souhaité qu’ils opèrent de la même manière, au lieu de recourir à des supplétifs. Le divorce est gérable quand il est décidé de commun accord, autrement, ce sont les enfants qui souffrent, et les tristes réalités du couple étalées au grand jour », avertit-il.

Des femmes et des enfants victimes d’opprobre et d’autres violences en milieu familial

Na quartier navandaka vieux moko mosala ne kobetaka muasi ne na bana tango nyonso. Tosengi na bato nyonso oyo baza na ezaleli oyo batika, batika...

Les femmes protestantes en campagne contre les violences sexuelles





Par Le Potentiel

Décidemment, l’Eglise du Christ au Congo (ECC) est déterminée à lutter contre toutes formes de violences sexuelles faites à l’endroit de la femme. C’est dans ce contexte qu’elle a procédé le mois dernier à cet effet, au lancement d’une campagne dénommée Tamar. Une initiative de la Fédération des femmes protestantes (FFP). A en croire Mgr Marini Bodho, président de l’ECC, l’Eglise est appelée à prêcher sans peur sur les violences sexuelles en se basant sur des principes bibliques. « Ce phénomène devient un fléau qui ronge davantage la société congolaise et leurs auteurs demeurent impunis », a-t-il déploré lors de son intervention au lancement de cette campagne, dans la salle de réunion du Lycée Dr Shaumba, dans la commune de la Gombe. 5a393762d63748b6ed48c159f6b18128.jpgDans le même ordre d’idées, la révérende Rose Biasima, députée nationale et présidente de la FFP, a fait savoir que le but poursuivi par la campagne Tamar est celui de travailler dans le sens de la prévention et de l’éradication sur le continent de toutes formes de violence sexuelle ou tout autre en milieu domestique. « La vision de FFP est celle de témoigner la justice et la compassion de Dieu à l’égard des femmes et des enfants victimes d’opprobre et d’autres violences en milieu familial », a-t-elle déclaré dans son allocution. Et ce, avant d’ajouter : le nom et fondement de la campagne Tamar sont tirés d’un récit biblique.

L.CARDOSO

la Chine sait qu’elle traite avec des régimes totalement corrompus qui détournent à leur profit une partie de ces sommes

Muan'a moninga mawa teo!
Ba Chinois bakoti ebele partout! Bakomi kovanda na kati yaba villages partout na RDC. Pillage monene ebandi, bango bazalaka na mawa koté wana te. Makambo ya Droits de l'homme etali bango te, epayi na bango bakipak'ango te, bayebi na bango demokrasie te. Bango bakola na pasi. Baza kosenga na Kabila arenforcer dictature makasi mpo na kodiscipliner peuple lokola na Chine. Bango baza pré ya ko korompre bakonzi nyonso purvi bazua ba richesses bango bayeli na RDC. Ba bateaux minene etondatonda ekomi kokende na ba biloko ndenge na ndenge destination CHINE. Tobebieeeee! !!!!!!!!! !!!!
Bo liberer bisoeeeee!!! !!!!!!!!! !!!!!
MEV
La Chine à l’assaut de l’Afrique
Des investissements supérieurs aux sommes injectées par la Banque Mondiale, 800 000 Chinois installés sur place… L’Afrique est en passe d’être dévorée toute crue par l’Empire du milieu.
JPG - 52.1 koLa croissance et même la survie économique de la Chine dépendent, paradoxalement et pour une part croissante, du continent le moins développé, l’Afrique.
Pékin absorbe désormais 25 % de tout le cuivre consommé à travers le monde, 40 % du charbon, 35 % de l’acier, 10 % du pétrole et sa demande ne cesse de croître, et 90 % de tout l’aluminium. Une économie dévoreuse d’énergie, boulimique en matières premières qui s’est tout naturellement tournée vers la région qui en est le mieux pourvu.
Les Chinois ont lancé une véritable OPA sur l’Afrique en profitant à la fois de la perte d’influence occidentale, notamment française en Afrique de l’Ouest, et de la crise que traversent les institutions chargées de l’aide au développement.
En 2007 Pékin a investi plus de 9 milliards de dollars en Afrique alors que la Banque Mondiale s’est révélée incapable d’y injecter plus de 2,5 milliards de dollars. L’organisation internationale basée à Washington tente désormais de convaincre la Chine de devenir son partenaire pour le financement des projets africains.
Plus de 800 000 Chinois travaillent déjà sur ce continent pour plus de 900 entreprises de toutes tailles. Ils extraient le cuivre et le cobalt en Zambie et au Congo, le platine et le chrome au Zimbabwe ; ils achètent d’énormes quantités de bois au Gabon, au Cameroun, au Mozambique, en Guinée équatoriale et au Libéria, ainsi que l’acier, l’or, le charbon, le nickel dans tous les pays de cette zone qui en détiennent ou en produisent. L’Angola fournit la moitié du pétrole importé d’Afrique par Pékin. En janvier 2005 le gouvernement de Luanda a bénéficié d’un prêt chinois de 2 milliards de dollars gagés sur le pétrole, qui a augmenté d’un milliard de dollars l’année suivante. Officiellement pour réparer les infrastructures déficientes.
Les Chinois détournent le regard
En réalité, la Chine sait qu’elle traite avec des régimes totalement corrompus qui détournent à leur profit une partie de ces sommes. En juillet 2005, la Chine et le Nigeria, autre exemple de corruption à tous les niveaux, ont signé un accord de 800 millions de dollars qui prévoit la livraison de 30 000 barils de pétrole quotidien à la Chine ; le régime nigérian a aussi octroyé à la Chine des licences de forage en échange de 4 milliards de dollars.
Pour les nombreux dictateurs qui peuplent cette région, Pékin constitue une manne et une bénédiction : le régime chinois offre une alternative au tête à tête de plus en plus pesant et tendu avec les occidentaux, ne manifeste aucune exigence en matière de démocratie ou de bonne gouvernance, et enfin, propose gratuitement des services que ces régimes ont toujours été incapables d’offrir à leur population. Plus de 15 000 médecins chinois ont ouvert des dispensaires dans 47 États africains.
La Chine : un généreux investisseur
Désormais, l’Afrique fournit 1/3 du pétrole importé par Pékin. Ce qui explique qu’en 2006-2007, le Président chinois Hu Jin Tao ait visité 17 pays du continent. En 2005, le flux commercial entre la Chine et l’Afrique s’élevait à 40 milliards de dollars, il dépassera les 100 milliards de dollars avant 2010. Les réserves financières de la Chine dépassent 1 500 milliards de dollars et Pékin joue de cette puissance financière pour séduire, contrôler. En juin 2006, le Sénégal a ainsi bénéficié d’un allègement de sa dette, qui atteignait alors 20 millions de dollars.
Par ailleurs, la Chine s’est engagée à investir 35 millions de dollars dans le dernier délire pharaonique du Président Wade, la construction du plus grand théâtre d’Afrique de l’Ouest. Aussi mauvais gestionnaire que grand mégalomane, le dirigeant sénégalais se montre très satisfait de la réactivité chinoise : « un contrat », confie-t-il, « qui était discuté et négocié pendant cinq ans avec la Banque Mondiale, est conclu en 3 mois avec les Chinois ».
Il est vrai que pour Pékin, le temps presse. Et l’ampleur des investissements est à la mesure de cette urgence. 15 milliards de dollars ont été investis au Soudan depuis 1996, essentiellement dans le pétrole, et 500 000 barils par jour sont extraits, en grande partie par la CNPC (China National Pétroleum Corporation) , autorisée à extraire directement les gisements. Pékin finance et arme également les rebelles tchadiens avec, comme objectif, le contrôle des zones pétrolifères du pays.
Vive les matières premières !
Étendre la présence chinoise en République du Congo est devenu une autre priorité. Le plus grand pays d’Afrique est aussi l’un des plus pauvres au monde, avec un revenu annuel par habitant de 714 dollars. C’est également potentiellement le plus riche : son sous-sol recèle les plus importantes réserves mondiales de cobalt et de tantalum, un métal rare, et d’énormes gisements de cuivre, d’or, de diamants, de manganèse, d’uranium et de zinc. Un accord signé en septembre 2007 prévoit que la Chine injectera 6,5 milliards de dollars dans la construction ou l’amélioration des infrastructures du pays, ainsi que 2 milliards de dollars supplémentaires pour ouvrir ou moderniser de nouvelles mines.
Dans ce pays, les Chinois concurrencent directement les grands groupes miniers occidentaux mais disposent d’un atout de poids : leurs firmes sont des entreprises publiques capables de surenchérir inlassablement pour s’adjuger les concessions. Un seul exemple : en 2006 Sinopec, l’une des 3 compagnies pétrolières chinoises, a accepté de payer 2 milliards de dollars pour exploiter le pétrole sur trois lots situés dans les eaux territoriales Angolaises.
Cette stratégie rassure Pékin, quant à la stabilité de ses approvisionnements, et encourage les comportements les plus obscènes de certains dirigeants africains :
Depuis que du pétrole a été découvert dans la minuscule Guinée équatoriale, une ancienne colonie espagnole, la famille au pouvoir est courtisée par la Chine et les occidentaux. Malgré les gisements découverts, le niveau de vie de la population, déjà misérable, a encore chuté et le fils aîné du Président, et son successeur désigné, a pour principal préoccupation de négocier le rachat du yacht de Paul Allen, le co-fondateur de Microsoft.